Nos Tests

Seeds, LED and Sun : Conclusions

Publicités

 

Après de nombreux mois d’articles et de vidéos, nous arrivons à la conclusion de ce test consacré au panneau SunFlow Pro de l’entreprise allemande Pro-Emit. Ce sont les graines fournies par la Box à Planter que nous avons utilisé, alors même qu’on ne connaissait pas leur nature avant le début de cette aventure.

Les graines reçues n’ont donc pas été sélectionnées par notre site et il a fallut s’adapter (modestement) pour que ce test se déroule correctement.

 

 

SunFlow Pro

 

Adaptabilité

Totalement configurable, il nous a permis grâce à cela de pouvoir s’adapter facilement à l'armoire de culture, à ces graines, à la taille des végétaux finaux et à leur besoins alors qu’ils étaient inconnus avant réception du colis.

Après une configuration simple via l’application mobile dédiée, dont nous vous avons produit une vidéo sous forme de timelapse, nous avons pu le suspendre solidement à notre armoire de test d’une taille d'un tiers de mètre carré.

 

 

Poids

Son poids est sans doute une des seules caractéristiques qui mériterait un commentaire plus négatif que positif. Avec 8 kilos pour 150 watts consommés au max, il est parmi les panneaux les plus lourds pour cette catégorie.

Bien sûr, le fait qu’il s’agisse d’un panneau LED à dissipation passive explique cette contrainte. Quand aucun mécanisme n’évacue activement la chaleur, il faut une grosse pièce de métal pour remplir cette fonction. Mais on y gagne évidemment au niveau du bruit qui est réduit à zéro en fonctionnement. Cela permet aussi de réduire le risque de panne critique, car pour une dissipation active, si un des ventilateurs rend l’âme, les LED risquent très fortement de ne pas survivre.

 

 

Puissance

La puissance de ce matériel est bien adaptée à la taille de notre armoire de culture d’un tiers de mètre carré. Les végétaux plus gourmands en lumière trouveraient sans aucun doute leur compte avec un équivalent d’environ 450 watts par mètre carre (cette unité de mesure n’est qu’indicative mais donne une bonne idée des capacités).

Pour les végétaux fragiles et sensibles à un fort flux lumineux, il suffit d’utiliser le potentiomètre sur le coté ou bien l’application mobile.

De même en plein été, pour les espaces qui ne sont pas climatisés, il suffit de baisser le flux pour eviter une chaleur excessive qui serait fatale à vos plantes.

 

 

 

Végétaux

 

Dans ce test, tous les cobayes ont globalement bien réagit au spectre blanc du SunFlow Pro. Resumons ce qui s'est passé en détail.

 

 

Cerfeuil

Aromate assez commun, il a eu une croissance très rapide qui n'a pas fléchi durant tout notre test. Au bout de quelques mois, les premières feuilles ont commencé a devenir rosées puis ont dépéri pour donner des nouvelles pousses toujours aussi nombreuses.

 

En terme de densité, l’idéal semble être 2 pieds pour un pot de 3 ou 4 litres. Un seul pied ne colonisera pas tout le substrat et 3 pieds finiront par se recouvrir mutuellement, et les feuilles ne se développeront pas bien. En tout cas, c'est une preuve de plus que les aromates s’adaptent parfaitement aux LED avec des besoins très faibles en terme de consommation. Avec 80 watts, la consommation pour une box de ce type est de 13 euros par mois, soit 43 centimes par jour de 18 heures d’éclairage.

A titre de comparaison, en super-marché, le cerfeuil "fraîchement coupé" et qui a fait 3000 kilomètres pour y arriver coûte 1,30 euros pour 20 grammes, ce qui fait 70 euros le kilo.

 

 

C'est dans ce petit pot de 3 litres que nous avons planté le CoolBoard. Il a rapidement été envahi et recouvert par les nouvelles pousses.

 

 

Oseille

Ce n'est pas forcement le premier végétal auquel on pense quand décide d'utiliser des LED pour son jardin, et sans La box à Planter, je n'aurais jamais pensé à faire pousser cette espèce.

La production de feuilles s'est faite avec un petit retard au début, mais elle s'est accélérée pour ne plus s’arrêter jusqu’à la floraison. Après 3 mois de croissance, deux hampes sont apparues et ont poussé jusqu'à atteindre le plafond de l'armoire de culture à 1,20m. Ces fleurs ont donné des centaines de graines qui ont été récoltées.

 

 

Les feuilles produites en continu ont une taille très respectable par rapport à ce qu'on trouve dans le commerce, de l'ordre de 20 à 25 centimètres pour les plus imposantes.

 

   

 

En terme de densité, un seul plant est idéal par pot. Le notre a été trop petit et ça s'est ressenti lorsque l'oseille a atteint sa taille finale. Au lieu d'un pot de 4 litres, comptez plutôt 7 ou 8 litres pour une croissance optimale et continue, avec des feuilles bien homogènes.

 

 

Encore un fois, en magasin, on trouve de l’oseille "fraîchement coupée" à 70 ou 100 euros le kilo.

 

 

Navets

Il fait partie des végétaux reçus qui ne permettent qu'une seule récolte, il ne faut donc pas se tromper au moment de lancer les semis. Après avoir éclairci les dizaines de graines plantées, il en est resté 5 plants pour ce pot de 5 litres, ce qui semblait le plus optimal à priori.

 

Malgré la forte promiscuité des feuilles, le développement a été soutenu. Attention cependant, si les feuilles se retrouvent les unes sur les autres, de l'humidité se dépose et le risque de moisissure augmente de manière très importante.

En terme de contrainte, 5 cm entre chaque graine semble un bon choix. Ils ont été plantés plus en surface que ce qui est préconisé. L'avantage, c'est que le navet est visible dans le terreau, et donc on peut facilement suivre son développement tout au long de la croissance.

 

 

Carottes

Dans ce cas aussi, il faut bien s'organiser pour avoir une croissance optimale avec une densité importante. Contrairement aux navets, les feuilles sont moins larges et la moisissure a plus de mal à se développer.

 

On a opté pour une densité d'environ 15 carottes dans ce pot de 6 litres. Les graines ont été enterrées à 2 cm de profondeur, elles ne sont donc pas apparentes. Il faut bien entendu prendre un pot assez haut pour qu'elles se développent au maximum.

Au final, 500 grammes de carottes ont été récoltées sans les feuilles.

 

 

Fèves

Les graines reçues sont grosses et charnues. Cela  présage déjà d'une croissance très importante.

Ces deux plantes ont été testées avec 2 densités différentes : une graine par pot et 2 graines par pot de 4 litres. Différence majeure entre les 2 suite à ce test, le plant unique est monté très haut , a touché le plafond de l'armoire de culture et a développé des fleurs même au dessus du dissipateur.

 

 

Les deux plants ont donné pas mal de cosses avec des graines. Attention à ne pas trop arroser le terreau, sinon les feuilles en souffrent et surtout les graines contenues dans les cosses moisissent.

 

 

Avec le recul, il aurait fallu palisser et sans doute tailler les plants pour avoir quelque chose d'optimal en terme d'apport de lumière. Les plantes passées au dessus du panneau ont utilisé une partie de l’énergie sans pour autant avoir donné de cosses.

 

Conclusion

 

Après 4 mois d'utilisation, on peut faire un bilan du panneau allemand à la lumière de ce test.  Son prix ne le met pas à la portée de tous mais ses avantages et ses finitions sont indiscutables. Le matériel utilise 2 LED COB CXB 3590 de chez Cree, une des plus utilisée dans l'univers horticole. Elle semble avoir convenu parfaitement à la diversité des végétaux cultivés pour cette série. Seul son poids complique son installation et nécessite un espace de culture stable et solide.

Il est conseillé pour ceux qui cherchent un investissement dans un matériel polyvalent, avec une durée de vie importante, utilisable en toutes saisons car réglable et pour tous les lieux grâce à sa dissipation passive.

 

Épisodes de ce test :

 

Leave a Reply

Captcha *